D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Les belles lettres


D.A.F. de Sade (1740-1814) La Philosophie dans le Boudoir (suite - Septieme dialogue)

D : Tout est dit. (A Mme de Mistival.) Putain ! tu peux te rhabiller et partir maintenant quand tu le voudras. Apprends que nous étions autorisés par ton époux même à tout ce que nous venons de faire. Nous te l’avons dit, tu ne l’as pas cru : lis-en la preuve. (Il lui montre la lettre.) Que cet exemple serve à te rappeler que ta fille est en âge de faire ce qu’elle veut ; qu’elle aime à foutre, qu’elle est née pour foutre, et que, si tu ne veux pas être foutue toi-même, le plus court est de la laisser faire. Sors ; le chevalier va te ramener. Salue la compagnie, putain ! Mets-toi à genoux devant ta fille, et demande-lui pardon de ton abominable conduite envers elle… Vous, Eugénie, appliquez deux bons soufflets à madame votre mère et, sitôt qu’elle sera sur le seuil de la porte, f aites-le-lui passer à grands coups de pied dans le cul. (Tout s’exécute.) Adieu, chevalier ; ne va foutre madame en chemin, souviens-toi qu’elle est cousue et qu’elle a la vérole. (Quand tout est sorti.) Pour nous, mes amis, allons nous mettre à table et, de là, tous quatre dans le même lit. Voilà une bonne journée ! Je ne mange jamais mieux, je ne dors jamais plus en paix que quand je me suis suffisamment souillé dans le jour de ce que les sots appellent des crimes.

FIN

Cre : 30 juin 2003 - Maj : 13 aou 2011

A propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm
Gen : 22/04/2017-08:53:25,57