D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Les belles lettres


D.A.F. de Sade (1740-1814) La Philosophie dans le Boudoir (suite - Septieme dialogue)

D, allant toujours son train et commençant par enculer la mère : Eh ! point du tout, rien de plus simple… Tenez, à peine l’avez-vous senti !… Ah ! comme on voit que votre mari s’est souvent servi de cette route ! A ton tour, Eugénie… Quelle différence !… Là, me voilà content ; je ne voulais que peloter, pour me mettre en train… Un peu d’ordre, maintenant. Premièrement, mesdames, vous, Saint-Ange, et vous, Eugénie, ayez la bonté de vous armer de godemichés afin de porter tour à tour à cette respectable dame, soit en con, soit en cul, les plus redoutables coups. Le chevalier, Augustin et moi, agissant de nos propres membres, nous vous relaierons avec exactitude. Je vais commencer, et comme vous le croyez bien, c’est encore une fois son cul qui va recevoir mon hommage. Pendant la jouissance, chacun sera maître de la condamner à tel supplice que bon lui semblera, en observant d’aller par gradation, afin de ne la point crever tout d’un coup… Augustin, console-moi, je t’en prie, en m’enculant, de l’obligation où je suis de sodomiser cette vieille vache. Eugénie, fais-moi baiser ton beau derrière, pendant que je fous celui de ta maman, et vous, madame, approchez le vôtre, que je le manie… que je le socratise… Il faut être entouré de culs, quand c’est un cul qu’on fout.

Eu : Que vas-tu faire, mon ami, que vas-tu faire à cette garce ? A quoi vas-tu la condamner, en perdant ton sperme ?

D, toujours fouettant : La chose du monde la plus naturelle : je vais l’épiler et lui meurtrir les cuisses à force de pinçures.

Mist, recevant cette vexation : Ah ! le monstre ! le scélérat ! il m’estropie !… juste ciel !…

D : Ne l’implore pas, ma mie : il sera sourd à ta voix, comme il l’est à celle de tous les hommes ; jamais ce ciel puissant ne s’est mêlé d’un cul.

Mist : Ah ! comme vous me faites mal !

D : Incroyables effets des bizarreries de l’esprit humain !… Tu souffres, ma chère, tu pleures, et moi je décharge… Ah ! double gueuse ! je t’étranglerais, si je n’en voulais laisser le plaisir aux autres. A toi, Saint-Ange. (Mme de Saint-Ange l’encule et l’enconne avec son godemiché ; elle lui donne quelques coups de poing ; le chevalier succède ; il parcourt de même les deux routes, et la soufflette en déchargeant. Augustin vient ensuite ; il agit de même et termine par quelques chiquenaudes, quelques nasardes. Dolmancé, pendant ces différentes attaques, a parcouru de son engin les culs de tous les agents, en les excitant de ses propos.) Allons, belle Eugénie, foutez votre mère ; enconnez-la d’abord !

Cre : 30 juin 2003 - Maj : 13 aou 2011

A propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm
Gen : 22/04/2017-08:53:25,57