D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Technique photo

Konica M-Hexanon 35 mm f/2,0

Konica M-Hexanon 35 mm f/2,0

Sommaire

  1. Exposé des motifs
  2. Présentation
  3. Performances
  4. Bokeh et tenue à contre-jour (exemples)
  5. Photos au 35/2 M-Hexanon
  6. Quid des Hexanon de Konica ?
  7. Notes

Exposé des motifs

Dans ma trousse à outils cet objectif a pris la succession du Voigtlander Ultron aspherical 35 mm f/1,7 (voir la page qui lui est consacrée). [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/ultron35.htm] Je n’ai jamais été fanatique du 35, je le considère plutôt comme une focale spécialisée, complément utilitaire du 50, appréciable pour sa facilité d’emploi plus que pour l’esthétique du résultat. C’est l’objectif du « reportage humain » et des instantanés (snapshot). Aussi bien, et ne serait-ce que pour ne pas s’embêter quand on est acculé à devoir produire des photos-souvenir familiaux, il en faut un…

Exemples de photos au 35 mm : outre les images infra, et celles de la susdite page consacrée à l’Ultron, on en trouvera d’autres à propos du Konica Hexar AF. [http://www.dg77.net/photo/hexar/index.htm#exemples]

Constat
Le 35 est utile. Parfois cette focale s’impose, non que l’image finale soit plus belle qu’au 50 mm, mais parce que les circonstances de la prise de vue nécessitent une maniabilité supérieure. D’où la recherche d’un modèle de référence.
Améliorations par rapport à l’Ultron
  1. Qualité de fabrication : s’il est vrai que les objectifs Leica sont fabriqués comme des Mercedes (les Voigtlander étant alors des Ford), eh bien on doit convenir que les Hexanon sont des Rolls-Royce.
  2. Bon dès f/2,0.
  3. Meilleur à contre-jour (flare mieux contrôlé), .
  4. Distance minimum améliorée (70 cm au lieu de 90).
  5. Ergot de mise-au-point.
  6. Somptueux pare-soleil ajouré tout métal. On frémit à penser au prix qu’atteindrait un modèle équivalent, par exemple chez Carl Zeiss, puisque la règle semble aujourd’hui que cet ustensile pourtant indispensable soit vendu mesquinement à part.
Défaut
Comme on ne peut tout avoir, cet M-Hexanon est relativement volumineux (quoique ni plus ni moins que le Zeiss ZM Biogon 35 f/2,0, ou le Leica Summilux ASPH f/1,4). Mais au moment du choix, toutes ses autres qualités jointes à un prix très convenable en occasion lui ont permis d’emporter la palme sans difficulté ni remord.

Présentation

Objectif produit seulement de 2001 à 2003. Des documents peuvent être trouvés sur le site Konica-Minolta.. [http://www.kenko-tokina.co.jp/konicaminolta/support/manual/ls/ht.html]

Konica M-Hexanon 35 mm f/2,0

Diam. 55,7 mm (filtres 46 mm), long. 45,1 mm, 260 g, iris à 10 lamelles.

Huit éléments en 7 groupes. Formule optique spéciale, différente de celle des UC-Hexanon comme du 35 qui équipe l’Hexar AF, [http://www.dg77.net/photo/hexar/index.htm#objectif] lesquels sont de la famille des W-Nikkor [1]. [http://www.dg77.net/photo/tech/fastvarg.htm#planar35]

Konica M-Hexanon 35/2,0 Schema optique M-Hexanon 35 f/2,0
Voigtlander Ultron 35/1,7 aspherical Schema optique ultron 35mm f/1,7

La formule optique montre une certaine similitude avec le Voigtlander Ultron. [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/ultron35.htm#pres] Ce dernier, pourtant plus lumineux, présente une lentille frontale de diamètre inférieur. La compacité (très relative) de l’Ultron peut s’expliquer par la présence d’un élément asphérique. Mais la première impression est que chez Konica on n’a cherché aucune concession ou compromis pour limiter la taille de l’objet.

Leica Summilux 35/1,4 ASPH Schema optique Summilux 35mm f/1,4
Zeiss Biogon T* 35/2,0 ZM Schema optique Biogon T* 2/35 ZM

La lentille frontale concave fait immanquablement penser aux LEICA ASPH de 35 mm apparus quelques années auparavant (cf le Summilux ASPH). La partie arrière se rapproche d’un classique biogon, [http://www.dg77.net/photo/tech/fastga.htm#biogon] raison plausible de son volume non négligeable, comme l’excellent (en diaphragmant un peu) ZM Biogon de chez Carl Zeiss.


Performances

Coupe
Courbes MTF

A f/2,0 les courbes FTM (MTF) sont un peu moins élevées au centre que pour un Leica Summicron ASPH, mais jusque vers les bords la baisse est modérée et sans effondrement ; de plus on n’observe pas les méfaits d’une courbure de champ sensible, et les mesures sagittales et tangentielles sont déja presque confondues, ce qui augure d’un superbe rendement en fermant un peu le diaphragme.

Quelques précisions glanables en consultant « The Development of the Konica M-HEXANON 35 mm F2.0 » [http://konicaminolta.jp/about/research/technology_report/2001/pdf/18.pdf] (PDF-Japonais [2] ) : avec cet objectif, variante du type retrofocus (ce qui peut aussi expliquer ses dimensions) utilisant des verres à haut indice de réfraction, les designers étaient fermement décidés à dépasser non seulement l’UC-Hexanon (cf infra) mais aussi le Leica Summicron « pre-asph ». Il semble qu’ils y soient parvenu assez largement. Le M-Hexanon de 35 mm f/2,0 serait méticuleusement optimisé, une approche comparable à celle de Zeiss – cf le ZM Biogon. Plutôt que d’offrir un record de contraste au centre, il est conçu pour assurer dès la pleine ouverture une meilleure qualité à la périphérie de l’image, ainsi que la conservation de cette qualité à toutes les distances ; de plus le flare et les aberrations (notamment coma et astigmatisme) sont mieux contrôlés. A f/4,0 l’ensemble du champ est aux sommets. En définitive l’amélioration est sensible par rapport à l’UC Hexanon, affligé d’aberration sphérique et de son corrolaire le focus-shift [3] (et limité à 90 cm).

M. Erwin Puts a étudié cet objectif et livrait naguère ses conclusions sur son site internet (chercher dans www.imx.nl via web.archive.org [http://web.archive.org/web/20041204222926/http://www.imx.nl/photosite/japan/hexarrf.html] ) confirmant cela :


Bokeh et tenue à contre-jour (exemples)

Voir également la page comparatif M-Hexanon vs Ultron. [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/compar35.htm]

Bokeh à pleine ouverture Bokeh M-Hexanon 35/2.0

Ci-dessous, diaphragme fermé, mais le soleil tape dur dans la lentille frontale.

F/8,0 – film Kodak TMax 100 (TMX) Banc

Diverses utilisations du 35/2 M-Hexanon

En diaphragmant un peu, des images fouillées sont obtenues sans problème : de l’intérêt d’utiliser un 35 mm moderne.

Détail

Le M-Hexanon brille autant à courte distance.

Détail

Photo d’enfant. Cette fois-là j’ai apprécié la mise-au-point à 70 cm. Diaphragme f/2,8 ; diapositive Fuji Provia 100. Sur le thème on photographie les enfants en se mettant à leur hauteur, voir aussi des photo prises avec le Voigtländer Ultron 35/1,7 [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/ultron35.htm#kid].

Encore les enfants. On utilise parfois l’expression « rendu tridimensionnel » ou 3D pour exprimer une forme d’émerveillement devant la puissance de restitution d’un objectif. L’examen attentif de cette diapositive (Velvia 50) montre que le M-Hexanon 35/2,0 mérite autant que beaucoup d’autres qu’on lui attribue semblable vertu.

L’objectif de 35 mm est par excellence l’outil souple du reportage rapide. Avec sa profondeur de champ assez confortable et sur de tels sujets tridimensionnels, il est peu probable que les écarts de tirage mécanique K-M/Leica (cf infra questions de compatibilité) puissent influer un tant soit peu sur la qualité d’image.

Détail

Il y avait foule lors de cette exposition d’Ikebana. J’aurais préféré utiliser le 50 mm, mais obligé de me rapprocher au maximum pour ne pas avoir de badaud devant l’objectif, le 35 mm a été bien utile.

Là encore, le 35 fut promptement installé à la place du 50 pour assurer cette photo, infiltré au milieu du public.

Autre groupe photographié de près, circonstance où le 35 mm est une focale quasi-obligatoire.

Photo à pleine ouverture sans flash (film 100 ISO) ; en intérieur, avec le manque de recul, il est bon d’avoir un 35 mm sous la main.

La profondeur de champ au 35 est plus étendue qu’avec le 50. Mais à f/2,0 et à proche distance elle reste limitée : on remarquera que la netteté du tableau sur le mur a été privilégiée par rapport à celle du premier plan. L’M-Hexanon montre ici un bon rendu des couleurs.


Quid des Hexanon de Konica ?

Différentes montures

Il faut distinguer les M-Hexanon — à baïonnette KM compatible Leica-M — des UC Hexanon antérieurs, à monture vissante (utilisables sur baïonnette M avec une bague d’adaptation). Les M-Hexanon accompagnaient quant à eux les appareils télémétriques Hexar RF produits d’octobre 1999 à fin 2003 [4] .

On eut dans l’ordre :

Questions de compatibilité
La monture K-M

La compatibilité des objectifs K-M avec les boîtiers Leica (et vice-versa) a fait l’objet de certaines discussions. La question est venue d’une méthode de mesure du tirage différente entre les deux fabricants. A strictement parler, ce problème de tirage mécanique doit être distingué des ennuis de back focus optique, bien connus des utilisateurs de reflex numériques hauts-de-gamme qui veulent tirer la quintessence de leur lourde et coûteuse acquisition. [5]

Pour être détecté, ce phénomène suppose une prise de vue préférentiellement à grande ouverture (mais pas nécessairement à courte distance), et un très fort agrandissement pour examiner la photographie résultante. De quoi faire dresser l’oreille au leicaïste de base, toujours ardemment désireux de pouvoir utiliser le format 24x36 à la limite des ses possibilités — même si on sait que ces dernières dépassent, et bien au delà, l’usage qu’on en fait généralement.

Sur pellicule

Si vraiment il y eut problème, il semble qu’il n’a jamais été rédhibitoire [6] : certains leicaïstes déclarent que les images obtenues avec leur M-Hexanon leur ont fait sortir littéralement des larmes de bonheur. Si on doit se borner à un seul conseil, c’est d’avoir le réflexe (toujours utile, mais encore plus avec les courtes focales à la très faible profondeur de foyer) de tendre le film avec la manivelle avant de déclencher.

Capteurs numériques

Une remarque : ces petites inquiétudes deviennent sans objet si on utilise le M-Hexanon sur un de ces appareils à capteur APS-C et objectif interchangeable apparus vers 2010. Comme le point à l’aide du viseur électronique est effectué directement sur le capteur, il n’y a pas lieu de craindre un écart entre système de visée et prise-de-vue.


Notes

Cre : 16 mar 2010 - Maj : 07 fev 2015

A propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm
Gen : 22/04/2017-08:51:26,98