D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Technique photo

Leitz Summitar 5 cm 1:2

Sommaire


Présentation

Produit de 1939 à 1953. Monture vissante Leica M39. Objectif télescopique (collapsible) ; manipulations similaires à l’Elmar présenté par ailleurs. Version utilisée par votre serviteur : 1948. Superbe objet qui, malgré un gabarit modéré, fait sentir son poids de laiton chromé dans le creux de la main : pas de doute, c’est du matériel Ernst Leitz Wetzlar !

Summitar en position de transport (sur un Leica IIIf) Summitar rentré en position de transport

Grâce à l’ouverture maximale de f/2, on se découvre plus libre d’opérer qu’avec l’Elmar, bon petit objectif mais ouvrant seulement à f/3,5, soit quasiment quatre fois moins lumineux. A f/2 et une sensibilité de 400 ISO, on peut photographier sans flash dans un intérieur bien éclairé.

Caractéristiques principales :

Summitar sur un Leica M7 (avec une bague d’adaptation M39-M) [1] Summitar sur M7

Pare-soleil, viseur, filtres

Sans pare-soleil, le Summitar empiète peu dans la visée d’un Leica vissant (à plus forte raison avec un M). Mais la sagesse veut qu’on protège de la lumière oblique et des chocs sa large lentille frontale, plus sensible à la première et plus vulnérable aux seconds que celle d’un Elmar.

La monture avant du Summitar étant spécifique, le choix du pare-soleil va nous faire entrer dans le doute et les controverses par lesquels passent, chacun son tour, les utilisateurs de Summitar.

Il existe des pare-soleil spécial-Summitar (SOOPD et SOOFM), constitués de panneaux pliants ; réellement efficace, il sont conçu de manière à dispenser d’utiliser un viseur annexe ; ils se replient sur l’objectif, ce qui remplace efficacement le bouchon. Mais leur énormité et leur laideur ont de quoi faire hésiter : à quoi bon utiliser un joli appareil des années 40 voire avant, si c’est pour en faire un engin encombrant et être immédiatement repéré au milieu de la foule, pris pour un utilisateur de camera video spéciale ? D’un autre côté, les SOOPD/SOOFM remplissent parfaitement leur office, sont faciles à trouver (parfois à très bas prix) ; et, dans les lieux publics, petit succès garanti…

Summitar et SOOFM sur un Leica iiiF SOOFM alias SOOPD

Noter qu’il y a eu deux versions de SOOPD : la première destinée aux Summitar originels, à bague de serrage. Le second type s’enclipse sur la rainure avant des modèles plus récents. Le SOOFM, destiné aux Summicron et Summitar récents, est rigoureusement semblable à cette dernière.

Voir aussi la pages sur les accessoires [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/accessoi.htm#soopdfm].

Pour étendre les possibilités, on se munira de l’adaptateur SNHOO / 13078, qui permet d’installer les filtres E39 à la place des filtres spécifiques au Summitar, et par suite tout pare-soleil « générique » au même standard.

Un pare-soleil ajouré présente en théorie l’avantage de dispenser de viseur externe (faute de quoi ce n’est pas la peine). Le 12585, par exemple, pourra être utilisé (s’attendre à un peu de jeu car le diamètre sur le Summitar est inférieur d’un demi-millimètre par rapport à la norme E39).

Mon Summitar 1948, avec sa rainure à 4 mm en retrait de l’avant, permet d’y accrocher certains pare-soleil Leitz, mais pas toujours solidement :

Si on ne peut se passer de viseur externe, on pourra choisir entre le SBOOI et le VIOOH si on se limite aux principaux modèles Leitz/Leica. Mais il y a aussi les équivalents Soviétiques, Japonais et autres ; le choix est vaste.


Rendement optique et esthétique

Piqué

Les images fournies par cet objectif sont nettes au centre dès la pleine ouverture. A f/4 la plus grand partie du champ est très bonne, avec une réserve : dans les contre-jours, le contraste global peut faiblir ou un « point chaud » risque de sévir sur une portion de l’image. Mais à part cette éventualité un Summitar donnera des images aussi bonnes qu’un Elmar à ouverture égale.

Le rendu du Summitar le rend particulièrement recommandable pour les portraits et la photo en noir-et-blanc en général.

Couleurs

Le rendu des couleurs est un des atouts du Summitar. Il donne des couleurs naturelles mais avec des nuances pastel qui rendront aisément identifiables vos photos faites avec cet objectif ; c’est une raison supplémentaire pour le recommander en portrait. Sous certains éclairages les couleurs pourront prendre un aspect aquarellé.

Bokeh

Sur certains sujets, le diaphragme hexagonal des versions les plus récentes peut donner des résultats différents de celui à 10 pales : sur des photos que j’ai pu voir, les points lumineux sont transformés en figures étoilées pas très plaisantes à mon avis.

En tout état de cause, les taches de flou sont bien circulaires et agréables au centre ; mais ailleurs elles prennent une forme lenticulaire de plus en plus aplatie au fur et à mesure qu’on approche des bords. D’où un aspect « tournoyant » qui peut surprendre, voire déplaire.

Divers

Bonnes nouvelles : le Summitar vignette peu, sa distorsion est négligeable.

Le Summitar est affecté d’un léger focus shift (déplacement du centre optique en fonction de l’ouverture du diaphragme). Il est souvent écrit que le passage en 1950 au complexe diaphragme à 6 doubles-lames (au profil en calotte de sphère) avait pour but de lutter contre ce défaut. Il semble que le problème n’atteint pas le degré connu avec un Noctilux ou un Sonnar.


Exemples

Intérieur, diaphragme fermé
400 ISO, 1/30e s., f/8 (Leica M7) Leica M7, Summitar 50/2.0
Intérieur, pleine ouverture — sans pare-soleil
Summitar à f/2, film négatif couleur 800 ISO (Leica IIIf) Leica iiiF, Summitar 50/2.0
Extérieur, pleine ouverture

Images sans renforcement ni correction colorimétrique.

Summitar à f/2, Kodak TMX 100 (Leica M7) Leica M7, Summitar 50/2.0
Summitar à f/2, diapositive Provia 100 (Leica M7) Leica M7, Summitar 50/2.0
Extérieur, diaphragme fermé

Images sans renforcement ni correction colorimétrique.

f/5,6, diapositive Provia 100 (Leica M7) Leica M7, Summitar 50/2.0
Détail (centre)
Détail (périphérie)
f/5,6, diapositive Provia 100 (Leica M7) Leica M7, Summitar 50/2.0
Détail

Naissance et évolution du Summitar

Quelques repères indispensables au photographe et au collectionneur qui se trouvent en présence de ce type de matériel.

Mise en perspective

Pour équiper les Leica, Leitz développa une gamme d’objectifs, notamment dans la focale de base de 50 mm :

L’Elmar est un proche cousin du Tessar ; les Hektor, quant à eux, sont apparentés aux Heliar. Les deux appartiennent à la dynastie des triplets. Vous saurez tout sur cette catégorie en consultant notre page Le triplet et sa famille. [http://www.dg77.net/photo/tech/fasttrip.htm]

Les objectifs plus lumineux (Summar et la suite) furent conçus à partir du Planar, le fameux double-Gauss amélioré, calculé par Rudolph en 1896. En ce domaine, on trouvera tous les éclaircissements utiles dans notre page introductive Gauss et sa postérité, [http://www.dg77.net/photo/tech/fastgaus.htm#summar] prolongée par : Variantes ultra-lumineuses du type Gauss. [http://www.dg77.net/photo/tech/fastvarg.htm#xenon]

Conception optique
Leitz Summitar 50mm f/2,0, schéma optique Leitz Summitar 50mm f/2,0, schéma optique

Le Summitar est un type particulier de Planar, caractérisé par un large doublet avant. Sur le sujet en général, la lecture des pages indiquées précédemment nous dispense d’ajouter quoi que ce soit.

Plus particulièrement, c’est le choix d’une large lentille frontale, pour réduire le vignettage, qui amena à la dédoubler pour obtenir une correction suffisante à la périphérie. Le champ est légèrement courbe mais, comme le sait certainement le lecteur, cela rend plus facile au calculateur la lutte contre l’astigmatisme (en même temps l’aberration sphérique est plutôt bien maîtrisée)… Si l’image est moins brillante au centre par rapport au Summar précédent, la qualité générale est incontestablement en hausse.

Bon à savoir : le Summitar a une lentille frontale en verre d’un type moins fragile que le Summar (et même que les Summicron ultérieurs).

Evolution
  1. 1939 :
    • Verres non traîtés.
    • Diaphragme à 10 pales.
    • Ouvertures graduées à l’ancienne (2 / 2.2 / 3.2 / 4.5 / 6.3 / 9 / 12.5).
  2. 1946 :
    • Traîtement anti-reflets [2].
    • Ouvertures : 2 / 2.8 / 4 / 5.6 etc.
  3. 1950 : diaphragme 6 pales [3].

Notes

Cre : 20 nov 2013 - Maj : 02 avr 2015

A propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm
Gen : 08/09/2017-13:05:46,35