D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Technique photo

Leica M7, loupe 1.25x, 50mm Summarit-M 2.5/50

Leica Summarit-M 50 mm f/2,5

Sommaire
Présentation
Summarit-M vs Summicron
Prix et pare-soleil
Pourquoi un S-M 50 mm ?
Spécifications
Exemples

Présentation

1949

Summarit (sans M) est à l’origine le nom de l’objectif de 5 cm ultra-lumineux (f/1,5) sorti en 1949 et destiné aux Leica II et III à monture vissante [1].

2007 : f/2,5

La série des Summarit-M (35, 50, 75 et 90 mm, tous annoncés à f/2,5 [2]) est apparue en 2007. Elle offre des alternatives relativement abordables aux coûteux modèles ASPH.

2014 : f/2,4

A la Photokina de septembre 2014, les Summarit-M ont été présentés avec un nouveau look et une ouverture officielle de f/2,4. Ce dernier changement est dû à une amélioration dans les tolérances de fabrication (ce qui autorise plus d’exactitude). Une nouveauté intéressante est que le 35 mm est maintenant qualifié « ASPH », contrairement à la version 2007 ! Or les formules optiques ne changent pas… Révélation tardive : avait-on voulu protéger les ventes du 35/2.0 Summicron ASPH ?

Les nouveaux 35 et 50 ont dorénavant un diamètre de filtre 46 (au lieu de 39). Les prix sont en hausse, mais pas tant que cela puisque le pare-soleil est désormais livré d’origine.

50 mm

Le 50 Summarit-M est un classique double Gauss (typique Planar de 6 éléments en 4 groupes), mais optimisé avec les ultimes moyens de calculs et utilisant des verres up to date.

Summarit-M vs Summicron

Avec un demi-diaphragme de moins (et une rampe de mise-au-point un petit peu plus courte), les dimensions ont pu être contenues dans un gabarit sensiblement plus réduit (longueur sans pare-soleil : 33 mm contre 46) que le réputé Summicron — ce dernier maintenu au catalogue sans doute pour satisfaire la frange un peu conservatiste des leicaïstes.

Ledit Summicron offre :

Le Summicron reste un très bon objectif (à part un fâcheux flare face à des éclairages défavorables [3]) ; avec la réserve que, calculé il y a plus de trente ans (la version actuelle date de 1979), sa conception ignore les exigences draconiennes des capteurs numériques.

Optiquement, et toujours face au vénérable Summicron, notre Summarit-M est (en théorie du moins) vainqueur si on se fie au contraste : ses courbes FTM à f/4 ressemblent furieusement à celles du Summicron à f/5,6. Dans la pratique ces différences seront rarement perceptibles sur le tirage final (ne parlons pas de l’affichage sur moniteur informatique !). Car il faut des instruments de laboratoire pour pouvoir asséner ce genre de déclaration, dont sont avides surtout certains angoissés, en quête perpétuelle de l’objectif parfait.

Courbes ftm
Courbes ftm

Prix et pare-soleil

Le prix du Summarit-M est sensiblement inférieur à celui du Summicron. Cet avantage était quelque peu amoindri pour la version f/2,5, car Leica avait suivi les mauvais penchants du marketing contemporain pour vendre séparément (réf. 14474) le pare-soleil ; certes fort bien réalisé et d’autant plus efficace qu’il est rectangulaire, mais à un prix qui fera éternuer beaucoup de photographes du dimanche. Par ailleurs ce pare-soleil est commun au 35 mm, ce qui signifie que sur le 50 mm il couvre moins qu’il ne pourrait.

La monture avant de la 1ère version répondait au standard E39 : cela permet d’essayer différents modèles classiques. Attention : quoique moins ouvert qu’un Summicron, le Summarit-M souffrira d’un sensible vignettage avec un ITOOY (pare-soleil convenant à un Elmar f/2,8) [4].

Pourquoi un S-M 50 mm ?

Si on a des velléités de faire de la photo de rue, le 50 Summarit-M sans pare-soleil est une solution très efficace.

Spécifications

Formule optique 6 éléments en quatre groupes
Angle de champ diagonal 24x36 : 47°
sur M8 : 36°
Distance minimum 80 cm
Champ minimum 24x36 : 50,8 x 33,8 cm
sur M8 : 38,0 x 25,4 cm
Diaphragme 9 pales, f/2,5 à f/16 par demi-valeur
Filtre Filetage interne standard E39
Pare-soleil Filetage externe avec arrêt
Long. sans pare-soleil x Diam. 33,0 x 51,5 mm
Poids 230 g.

Exemples

Voir aussi les pages comparatif :
Summarit-M vs Noctilux [http://www.dg77.net/photo/leicaM/noct_comp.htm].
Summarit-M vs Elmar 1953 [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/elmar_comp.htm].
Pellicule inversible Fuji Velvia 50. Image renforcée. Summarit-M 50/2,5
Crop de la précédente (partie centrale de l’image). Image renforcée. crop
Crop n° 2 (coin supérieur droit). Image renforcée. crop
Encore un Crop. Image renforcée. crop

Diapositive Velvia 50 ISO. Des verres contemporains, une correction chromatique améliorée (impératif de l’ère numérique [8]) : la transmission des couleurs de ce petit standard semble exempte de reproche.

Encore de la Velvia 50 :

Détail

Kodak TMX 100 ISO. Vue prise à f/2,5 ; le Summarit s’utilise rarement à f/2,8-4 ; c’est soit grand ouvert, soit 5,6-8.

Détail

Kodak TMX (TMAX 100), f/5,6. Mon SCAN rend difficilement justice à la subtile gradation des gris du négatif.

Technique de « photo de rue » que j’affectionne : un poste d’observation soigneusement choisi, confortablement installé sur une terrasse de café. Film Ilford XP2 400 ISO, f/8, distance préréglée à 5 m.

Street photography

Pellicule TMX (Kodak T-Max 100). Un « instantané » comme il s’en fait tant.

Détail

Ilford XP2 400 ISO. Ensemble et détail, encore.

Détail

Vous ne trouvez toujours pas que c’est net ? f/5,6 1/125, Fuji Velvia 100. Curieux hasard de s’être installé à une terrasse en face de la maison natale de Francis Ponge… juste avant de lire dans le journal que j’allais pouvoir rencontrer Yves Bonnefoy.

Détail

Bel après-midi ensoleillé, contre-jour radical avec sujet en ombre découverte (et à courte distance) : on compte les cheveux, pas de trace de flare si on suit les contours. (XP2 400 ISO)

Détails

Notes

Cre : 14 jan 2009 - Maj : 18 sep 2014

A propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm
Gen : 22/04/2017-08:51:26,98