Site Web de Dominique GUEBEY – page : http://www.dg77.net/photo/tech/fastgaus.htm


  D o m i n i q u e   G u e b e y    J u n g l e      Photographie

Objectifs ultra-lumineux (suite)

Gauss et sa postérité


Les origines

En 1817, le génial Georg Friedrich Gauss (1777-1855) conçut un objectif de lunette astronomique présentant une correction sphérique et chromatique [*] nettement améliorée par rapport aux optiques antérieures composées de deux lentilles collées (cf supra premiers objectifs [http://www.dg77.net/photo/tech/fastold.htm#prem]). La trouvaille de Gauss consistait en deux ménisques de même sens, mais de courbure différente et donc séparés.

Lunette de Gauss

En associant deux groupes de Gauss opposés, on obtenait un objectif à 4 lentilles de bonne qualité, au point d’être meilleur que les Unar (Zeiss) [http://www.dg77.net/photo/tech/fastold.htm#unar] et Dagor (Goerz – cf infra anastigmat symétriques [http://www.dg77.net/photo/tech/fastga.htm#anastsym]). L’inconvénient de la formule était la multiplicité des surfaces air-verre, cause de reflets qui nuisent au contraste, notamment à contre-jour – ce flare honni des amateurs exigeants et exécré par les ingénieurs opticiens. L’ouverture étant pratiquement limitée à f/3,5, on s’ingénia à en tirer des versions plus élaborées.


Le Planar

Naissance et destinée du Planar

En 1896 apparut le Planar f/4,8 de Zeiss, à 6 lentilles en 4 groupes par dédoublement des éléments intermédiaires. C’était une création (encore) du Dr Rudolph. Cet objectif remporta un certain succès – voir les chambres de reportage Sigriste de la Belle Epoque. Mais, faute de traitement anti-reflet, le contraste était insuffisant, et pendant longtemps les Tessar et Sonnar (cf supra [http://www.dg77.net/photo/tech/fasttrip.htm#tess]) lui tinrent la dragée haute.

Planar f/3,5

Le succès vint plus tard pour le Planar, mais on peut dire qu’il continue aujourd’hui à travers de nombreuses variantes. La formule permet en effet une excellente correction, notamment de l’astigmatisme [*] et du chromatisme. En modifiant certaines parties ou en ajoutant des éléments, il est possible de pousser assez loin l’amélioration de l’ouverture tout en conservant une qualité satisfaisante en prise-de-vue générale.

Quelques Planar connus

Parmi quelques Planar restés fameux pour leur excellence, on trouve :

Schneider XenotarSchneider Xenotar
Hasselblad Planar CFE 2.8/80Hasselblad Planar CFE 2.8/80


Planar f/2,0 et limite des 6 lentilles (Opic, Xenon et la suite)

Opic

En 1920, Horace Lee (1889-1976/9~) de chez Taylor Taylor & Hobson atteignit les f/2,0 avec l’Opic qui était un avatar du type double-gauss de Rudolph, légèrement asymétrique et utilisant des verres à indice de réfraction élevé. Cet objectif avait un grand besoin d’amélioration.

Opic 1:2.0/5 cm Opic 5 cm f/2,0

Xenon

En 1925, A.W. Tronnier créa le Schneider Xenon 2.0/50 mm (à distinguer du Xenon ultérieur à 7 lentilles ouvert à 1:1.5 [http://www.dg77.net/photo/tech/fastvarg.htm#xenon]).

Schneider Xenon 1:2.0 Schneider Xenon 1:2.0

Ci-contre : appareil photo Volk Luftwaffe HK12.5 (Handkammer), objectif Schneider Xenon 125mm f/2,0. Format : 7x9 ; doté d’une belle ouverture pour un moyen-format. Sorti des usines ISCO de Göttingen, utilisé par les équipages de JU 88 et autres Heinkel 115 des années 40. Il aurait existé des Aero Xenon (ou Aeroxenon) de 300 et 400 mm.


Biotar

Merté fit de même pour Zeiss en 1927 avec son Biotar (à ne pas confondre davantage avec le R Biotar de type Petzval) [http://www.dg77.net/photo/tech/fastpetz.htm#ptzmod] ; angle de champ : 42°. Il poussa les Biotar à six lentilles à f/1,4 mais c’était pour le cinéma : 50/1.4 (1930) pour 35 mm, et 25/1.4 pour le 16 mm. En photo, une ouverture importante était également atteinte avec un angle de champ réduit (28°) : le Biotar f/1,5 de 75 mm (1938) pour Exakta, optique qui reste prisée des connaisseurs.

Zeiss Biotar 1:2.0/50 Zeiss Biotar 1:2.0/50
Zeiss Biotar 75:1.5 Zeiss Biotar 75:1.5

À l’opposé du 75, il fut aussi créé en 1933 un Biotar 42,5 mm à angle de champ élargi, cf infra Planar à grand angle de champ [http://www.dg77.net/photo/tech/#planar35] dont la carrière s’acheva en 1938. Quant au Carl Zeiss Jena Biotar 58mm f/2 en monture M42, produit en Allemagne « de l’Est », il resta disponible de 1946 à 1960.


Summar

En 1933 Leitz produisit son Summar de même type, œuvre de Max Berek (16/8/1886 – 15/10/1949).

Summar 1:2.0/5 cm 1933 Summar 5 cm f/2,0

Ultron

L’Ultron f/2,0 (1950) de A.W. Tronnier avait toujours 6 lentilles, mais en 5 groupes au lieu de 4 : les 2e et 3e éléments étaient séparés. Ce premier Ultron, incorporant un obturateur central Compur, était destiné aux Prominent à télémètre. L’idée d’un intervalle dans le second groupe ne tarda pas à être imitée ; en 1957 Pentax Takumar (puis d’autres) en tirait les bases d’une longue réussite.

Ultron 50mm f/2,0 1950 Ultron 50mm f/2,0
Prominent Prominent

On atteignait alors certaines limites des possibilités du Planar : si cet Ultron f/2,0 est réputé avoir pulvérisé les records de pouvoir séparateur (résolution), les 6 lentilles ne suffisaient pas pour atteindre des luminosités sensiblement supérieures avec une correction et un contraste satisfaisants.


Pancolar

Chez Carl Zeiss Jena, les Pancolar f/1,8 50 et 80mm en monture M42 ou Praktica à baïonnette (1978-1990), sont postérieurs aux Pancolar ultra-lumineux (55 et 75 ouverts à f/1.4) de 1968. Ils se caractérisaient par un intervalle dans le troisième groupe du planar, à rebours de l’Ultron supra. Ils jouissent d’une excellente réputation.

Carl Zeiss Jena Pancolar 1,8/80mm Carl Zeiss Jena Pancolar 80/1,8

Standards

A la belle époque du reflex 24x36 argentique, à peu près tous les fabricants ont proposé un objectif standard premier prix, muni d’une formule à 6 lentilles en 5 groupes, ouvert à f/1,7-1,8. Exemple notoire : le Minolta MD 50 mm f/1,7. Grâce aux verres modernes, ces optiques, toujours de bonne qualité, ont satisfait plusieurs générations d’amateurs, si ce n’est de professionnels.


Planar 6 lentilles ultra-lumineux (Canon, Helios)

Les 6 lentilles ont néanmoins connu des avatars très lumineux, dont certains relativement récents :

Sur les Helios, merci à M. Aleksandr Chesnokov pour les références. lens-club.ru [http://lens-club.ru/lenses/item/c_9807.html] , dphotoworld.net [https://dphotoworld.net/publ/photomuseum/goi_gelios_75_mm_f_1_35/7-1-0-921] , retrotexnika.ru [https://retrotexnika.ru/kr-zarya/fotoapparatyi-kinokameryi-kinoproektoryi-obektivyi-opticheskie-priboryi-po-zavodam-proizvoditelyam/goi/obektivyi-razrabotannyie-v-goi-gosudarstvennom-opticheskom-institute/obektiv-gelios-%E2%84%963-obrazcza-1939-goda.html] ,


Planar 7 lentilles (Summitar, Summicron, Ultron 1:1.8)

Summitar (1939-1955)

Le Leitz Summitar 5cm/2,0 (cf in les pages Leica vissants [http://www.dg77.net/photo/leicaM39/summitar.htm]) s’écartait du classique Planar avec ses 7 éléments, en 4 groupes dont le premier était un doublet au très large diamètre. Il prit le relais du Summar de 1939 à 1953 (production très marginale en 54-55), avant l'arrivée de l'excellente lignée des Summicron (à 7 lentilles en verres améliorés, et au traîtement anti-reflet de nouvelle génération).

Summitar 1:2.0/5 cm 1939 Leitz Summitar 1939

Summicron

Face à l’Ultron, Leitz présentait en 1953 un successeur au Summitar : le Summicron. Toujours en 7 lentilles mais (à la différence du Summitar) avec les quatre premiers éléments séparés. Cette évolution était permise par l’amélioration des traîtements anti-reflets. Ce qui, joint aux nouveaux verres spéciaux, donnait plus de liberté aux opticiens pour aboutir à d’excellentes performances globales.

Summicron f2.0 50mm 1ere version (1953) Summicron 50 1953

Il y eut une nouvelle version 7 lentilles en 1956 ; en 1969 apparut le Summicron 6 lentilles, encore plus contrasté. La dernière révision date de 1979.


Ultron 1:1.8 (1968-1972)

Chez Carl Zeiss, il y eut plusieurs Ultron, outre le 50/2.0 précité. Le modèle f/1,8 se distingue par sa lentille frontale à la courbure inverse de ce qu’on a l’habitude de voir.

Tronnier avait eu dès les années trente l’idée d’ajouter un élément négatif à l’avant, dont l’aboutissement fut le Carl Zeiss Ultron 50mm f/1,8 de 1968. Cette conception permet d’améliorer la correction des rayons périphériques. Il devient plus facile de combattre astigmatisme et courbure de champ .

Ultron 50 1:1.8 Ultron 50 1:1.8

Plus récemment, cette lentille frontale convergente est revenue en vogue ; voir entre autre les Leica ASPH.


Planar à grand angle de champ

Le Planar ne se prête pas au développement de vrais grand-angle. On trouve néanmoins (en 24x36) des 35 mm (champ 63°) qui sont des double-Gauss caractérisés, qui plus est passablement lumineux pour certains, et généralement très compacts.

Zeiss Biotar 4 cm f/2 Zeiss Biotar 40 mm f/2,0 (4,25 cm)

Planar macro

L’ouverture de f/2,0 peut être considérée comme un compromis assurant une qualité élevée pour un coût raisonnable et une luminosité le plus souvent suffisante. Certains fabricants ont tenté de pousser encore plus loin la polyvalence de l’objectif de base du type 50 mm f/2,0 en le dotant de possibilités de mise au point rapprochée.

Olympus Zuiko MC MACRO 50mm f/2.0
Olympus Zuiko MC MACRO 50mm f/2.0

Un exemple notable fut en 1986 le Zuiko MC MACRO 50mm f/2.0 (Olympus), autorisant la mise au point à 24 cm (rapport 1/2), un objectif intéressant malgré son contraste moyen. Pour atteindre ce résultat, la formule comporte pas moins de 9 lentilles en 7 groupes. Le diaphragme ne va pas plus loin que f/16 ce qui ne choque pas pour le reportage mais est plutôt malencontreux avec un objectif qui se prétend « macro ».


Zeiss Makro Planar T* 2/50
Zeiss Makro Planar T* 2/50

Le Zeiss Makro Planar T* 2/50 (2006), lui aussi mettant au point à 24 cm, est un Planar modifié par un intervalle entre la 2e et 3e lentille, et complêté à l’arrière par un doublet fixe destiné à maintenir la planéité du champ à toutes les distances. Cet objectif beaucoup plus performant que le Zuiko précité semble une brillante réussite : à f/2,0 il est sensiblement meilleur que le classique Zeiss 50/1,4 à la même ouverture.

On peut le diaphragmer jusqu’à f/22, ce qui est un peu plus correct que l’Olympus décrit au-dessus, et peut être jugé suffisant : après f/22 la diffraction se met à sévir sérieusement, on entre dans le domaine du travail sur banc, des soufflets, grands-formats et autres matériels spécialisés.

À l’opposé des précédents qui visent la polyvalence, voici un exemple d’objectif ultra-spécialisé.

Nikkor Scanner ED ~48mm f/3.0
Nikkor Scanner ED 48mm f/3.0

Les objectifs Nikkor Scanner ED sont destinés, comme leur nom l’indique, aux Coolscan assez connus, et chéris par un certain nombre d’amateurs sérieux (votre serviteur s’est servi du sien pour numériser quelques milliers de ses diapositives). Cet objectif destiné à la reproduction du format 24x36 (35mm) sur Coolscan IV et V est un plannar sept lentilles en quatre groupes dont le troisième comporte trois éléments. Les scanners pour le moyen format (4000 et 5000 ED) utilisent quant à eux une optique à quatorze lentilles. Le sept lentilles en comporte trois de type ED. ED est l’abréviation de Extralow Dispersion. Comme tout objectif de reproduction, il est de type apochromatique. Sa correction chromatique s’applique d’ailleurs à un spectre beaucoup plus étendu que les couleurs visibles. En effet, la conception tient compte du fait que les Coolscan ont un sytème de détection des poussières basé sur un balayage par ultra-violet de la surface du film. Bien entendu, la première qualité de ce type d’objectif est un très haut pouvoir résolvant ; sans parler d’un champ plan et d’une distorsion nulle. D’après closeuphotography.com [https://www.closeuphotography.com/scanner-nikkor-ed-7-element-lens] , la focale est de 48mm et l’ouverture f/2,9~3,0.


Notes

Cre : 02 dec 2011 - Maj : 27 oct 2020

Cre : 02 dec 2011 - Maj : 27 oct 2020

À propos de ces pages / about these pages : http://www.dg77.net/about.htm